Didier SILHOL

didier-300px.jpg

Biographie

Danseur, chorégraphe, performeur, pédagogue

Après différentes pratiques professionnelles et des études de cinéma à Paris VIII, Didier Silhol commence la danse dite contemporaine en 1973 avec des artistes et professeurs d’origines culturelles diverses.

Il découvre la Danse Contact Improvisation en 1978 avec Steve Paxtonet Lisa Nelson. Depuis lors, cette pratique irrigue sa façon de penser et de concevoir le mouvement ainsi que les rapports entre individus.

Considérant l’enseignement comme faisant partie de sa pratique artistique il fut entre autres professeur au CNSMDP de 1995 à 2013 et il s’occupe d’une jam à Paris depuis une trentaine d’année.

« Une des grandes vertus du contact improvisation est de questionner, par curiosité kinesthésique, par plaisir partagé, par intérêt pour une écriture instantanée, ce que peut être une danse, ce que peut devenir la danse.
Il y a du jeu dans la danse comme il y a du jeu dans les articulations.
Un cours c’est justement la mise en jeu des questions et des trouvailles en cours.
C’est aussi approfondir et rafraîchir les enjeux primaires des « lois » physiques pour composer avec elles et pourquoi pas les défier. ».

Contenu des cours

 « Une des grandes vertus du contact improvisation est de questionner, par curiosité kinesthésique, par plaisir partagé, par intérêt pour une écriture instantanée, ce que peut être une danse, ce que peut devenir la danse.
Il y a du jeu dans la danse comme il y a du jeu dans les articulations.
Un cours, comme un atelier, c’est justement la mise en jeu des questions et des trouvailles en cours.
C’est aussi approfondir et rafraîchir les enjeux primaires des « lois » physiques pour composer avec elles et les défier. »

 

« INTÉRIEUR-EXTÉRIEUR, ENTRER-SORTIR, COMMENCER-FINIR »

Travail en surface : écouter sur et par la peau ce qui vient de la profondeur, mais aller également vers où nous emmène ce courant de surface.

Travail en profondeur : éprouver ce qui nous traverse (en nous et entre nous) dans l’équilibre et le déséquilibre du poids, de la force, dans les intensités différentes de la gravité et de l’expansion et donc de l’impulsion, de l’élan, de l’inertie, de la fluidité.

Comment l’intérieur et l’extérieur se rencontrent et « font » la danse.

Et cette danse comment la laisser advenir, l’apprécier, et moduler son temps (quand est-ce que ça commence, quand est-ce que ça finit…).

Rechercher